www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
du comité départemental d'athlétisme de loir-et-cher

17.01.2017 - Une approche globale contre les blessures dues au surmenage


Une approche globale contre les blessures dues au surmenage

De nombreuses blessures de course à pied sont dues au surmenage ou à la sursollicitation et peuvent être soignées par un traitement traditionnel. Mais l’ostéopathie peut aussi s’avérer d’une grande aide. 

Texte: Sven Wagner* 

Ganzheitlich gegen Überlastungsbeschwerden

Les blessures dues à un effort démesuré concernent la plupart du temps l’appareil locomoteur, ce qui signifie, chez les coureurs, que les parties les plus touchées sont les articulations, les tendons et les structures ligamentaires des extrémités inférieures ainsi que le bassin et la colonne lombaire. Les causes sont multiples et différentes pour chaque individu. On peut les classer grossièrement en facteurs externes et internes. Parmi les facteurs externes, citons notamment l’intensité et la nature de l’effort, la chaussure portée et autres équipements, ainsi que le mode de vie du coureur. Quant aux facteurs internes, ils peuvent toucher l’appareil locomoteur, mais pas forcément: les dysfonctionnements sur d’autres parties du corps devraient toujours être pris en compte si un traitement s’avérait nécessaire. 

La majeure partie des sportifs d’endurance a déjà eu dans sa vie au moins une blessure pour surmenage, sous quelque forme que ce soit. Souvent, le remède consiste au minimum à interrompre les entraînements, et sans traitement spécialisé, le risque est d’installer une douleur chronique. 

Quel traitement apportera le résultat souhaité? Cela dépend en grande partie de l’identification des causes possibles, mentionnées plus haut, et de la façon dont elles sont structurées. En ostéopathie, on parle de chaînes causes-effets, ce qui implique une analyse la plus précise possible de l’origine, de la durée et de la localisation des douleurs ou des gênes, ainsi que de leurs causes et facteurs déclencheurs. 

Qu’est-ce que l’ostéopathie? 

C’est une méthode thérapeutique manuelle vieille de 120 ans. En ostéopathie, l’homme, et ainsi son système anatomique et physiologique, est défini comme une entité corps-esprit-âme indivisible. Ce principe de base était et demeure encore aujourd’hui essentiel dans le traitement. L’ostéopathe ne recherche pas les maladies mais la guérison. Son objectif est d’équilibrer tous les systèmes fonctionnels du corps. Les trois grands principes de cette pratique sont les suivants: 

  1. l’homme est un tout;
  2. le corps possède ses propres modèles de défense et d’auto-guérison;
  3. la structure dépend de la fonction et inversement.
De plus, chaque traitement respecte trois piliers qui, en pratique, se superposent: l’appareil locomoteur (système pariétal), les organes et le système métabolique (système viscéral), et enfin le système nerveux (cranio-sacré). 

Le traitement du premier est l’axe le plus ancien de l’ostéopathie. Bien souvent, les affections de ce système ne sont pas les causes mais les symptômes, se manifestant par des mécanismes de compensation du corps (blessures de surmenage). Les articulations, les os, l’appareil ligamentaire et capsulaire, les fascias et les muscles sont passés au crible, puis les blocages articulaires ou les contractions sont soulagés en douceur. Les fascias, ces structures fixes faites de tissus conjonctifs, jouent un rôle capital puisqu’ils enveloppent, à la manière d’un treillis, les muscles et les os, mais également les organes, et les relie les uns aux autres. 

Le traitement organique (viscères) comprend les organes internes, leur approvisionnement en sang et en lymphe, ainsi que le système neurologique (système nerveux neurovégétatif). Le système cranio-sacré, quant à lui, est composé du système nerveux et fonctionne selon des principes hémodynamiques et selon la dynamique du liquide céphalo-rachidien. 

Blessures de surmenage et ostéopathie 

Au quotidien, je remarque très souvent que, dans les anomalies de l’appareil locomoteur, l’ostéopathie n’intervient qu’à la fin d’un processus de traitement déjà très long. Ce n’est qu’après la prise de médicaments, le repos, la physiothérapie, etc. sans amélioration durable que les patients tentent des alternatives, comme l’ostéopathie. Mais à ce moment-là, les blessures ou douleurs sont déjà installées depuis longtemps et le corps et le système nerveux y sont déjà habitués à tort, notamment en compensant, ce qui rend difficile et retarde la guérison. Ainsi, comme nous l’avons dit, l’ostéopathie devrait être associée aux méthodes traditionnelles en tant qu’approche globale menée en parallèle plutôt que consécutivement. L’ostéopathie est presque toujours bénéfique en cas d’intervention thérapeutique puisqu’elle implique les aspects fonctionnels du corps qui peuvent contribuer à la guérison. 

C’est notamment le cas en matière d’irritations du tendon, telles que l’achillodynie (douleurs au niveau du tendon d’Achille) et la tendinopathie rotulienne ou genou du sauteur (douleurs sous la rotule). Contre ces blessures de surmenage bien souvent répétées et installées dans la durée, l’approche ostéopathique se révèle bénéfique pour améliorer la circulation sanguine, stimuler le métabolisme et libérer les tensions nerveuses. Elle joue donc un rôle important pour améliorer l’irrigation des extrémités concernées. Pour cela, il s’agit de traiter les éventuels dysfonctionnements des systèmes centraux et des fonctions de réduction des tensions, comme le foie, les poumons, le système nerveux neurovégétatif, le diaphragme et le périnée. 

Dans l’idéal, l’examen ostéopathique et le premier traitement devraient avoir lieu mois de trois mois après l’apparition des premiers signes de surmenage et en parallèle des interventions médicales classiques telles que la physiothérapie ou d’autres méthodes de traitement. 

Conclusion: L’ostéopathie est une approche efficace, bénéfique et douce pour traiter toutes les blessures dues au surmenage sportif. Dans la majorité des cas, une approche ostéopathique complétera judicieusement les méthodes thérapeutiques classiques ou traditionnelles, traitant chaque fois de manière globale et approfondie. Enfin, des séances régulières peuvent prévenir efficacement l’apparition de blessures dues à la sursollicitation et également optimiser les cycles d’entraînement et de compétition. 

*Sven Wagner, ostéopathe D.O. GDK-CDS, www.osteopathiestgallen.ch
Sven Wagner

Les Espaces
   NOS PARTENAIRES

   


























 Livret Estival 2018


  








  

 







Médecine Sport et conseils: